Je ne suis pas Francis Cabrel, paroles parodies chansons

Francis Cabrel  et le parodiste photo Cabrel et parodiste
photo de Francis Cabrel et du parodiste, avec Philippe BONALDI...

Détail de la photo dans la rubrique "la photo..."
Sur le site :
les Paroles de parodies de chansons et la recherche de l'imitateur officiel du chanteur d'Astaffort
Un spectacle de parodies par imitateur ?

Nom de scène : Je ne suis pas Cabrel


Un artiste imitateur qui annonce la couleur : imitations, détournement de chanteur, dans la longue tradition française des parodies...


Vous chantez parfois Francis Cabrel sur scène : contactez-nous...
Votre répertoire mérite mieux que les textes originaux !...

Plutôt que Hors-Saison : découvrez On s’moque de mes chansons.
Mais aussi, plus récent : plutôt que La robe et l'échelle : découvrez Les promesses et la réalité Sarkozy ... et bien d'autres !...
Des chansons connues... vous en connaissez peut-être dix, ou vingt ou plus (je vous ai noté quelques titres pour mémoire) mais les textes ont été revus.
Un album de parodies de cabrel, ça ne s'est jamais fait !


Les premiers textes (déposés à la sacem conformément à la législation en vigueur) :

LE contact (imitateurs, AUTEURS DE CHANSONS proposer une parodie, réservation de l'album, médias...)


On s’moque de mes chansons

Un texte idéal pour présenter ce site ! Parodie de Hors-Saison


C’est l’insolence Truffée de sous-entendus
Des auteurs inconnus mais têtus
Pratique ancienne
D’un pays frondeur
Quelques fripons
Se moquent de mes chansons

Les droits sacem
Des parodies même tordues
Même des blasphèmes
Les fripons touchent les résidus
Mais mon image s’englue
Même chez Ardisson
On s’moque de mes chansons

Si quelqu’un perce
Avec ces textes incongrus
On dira qu’mon temps est révolu
Que le ruisseau déborde
Paraît qu’même les poissons
Se moquent de mes chansons

Des mots de fans
M’ont bien réconforté
M’ont supplié de continuer
M’croient meilleur que Lalanne
Voudraient m’voir décernée
La prochaine chanson de l’année


Comment me défendre
Mes rimes, mon accent à nu
Des gens de lettres
Qui veulent me mettre hors-circuit vois-tu
A la retraite plus bon
On s’moque de mes chansons
Les droits sacem
Des parodies même tordues
Même des blasphèmes
C’est moi qu’y’ai presque tout eu
Mais ma patience déborde
Même chez Fochon hors-saison
On s’moque de mes chansons

Des mots de fans
M’ont bien réconforté
M’ont supplié de continuer
M’croient meilleur que Lalanne
Voudraient m’voir décernée
La prochaine chanson de l’année



J'suis l'roi du gnangnan

Parodie de Je l'aime à mourir

Moi j'étais gnangnan
Tout le monde rigolait
Et puis mine de rien
V'la qu'la gnangnanterie
Envahie l'pays
L'opium du prolo
J'fais la une des journaux
Sur tous les plateaux
On aime mon accent
Et même mes boniments
J'suis l'roi du gnangnan

Pour faire monter les chiffres
Qui font pâlir mon banquier
Je fais rimer ma vie
En sirènes de pompier
J'pourrai faire pire
Mais j'vis pas sous les ponts
J'peux m'ach'ter Cordes en Ciel
Ça rapporte du pognon
Plus que d'vendre du miel
Suffit d'dire gnangnan
J'suis l'roi du gnangnan

gnangnan gnangnan gnangnan gnan
gnangnan gnangnan gnangnan gnangnan
gnangnan gnangnan gnangnan gnan
gnangnan gnangnan gnangnan gnangnan

les fêtes à neuneu
pêches à la sardine
repas des p'tits vieux
bruit d'fond dans la cuisine
j'suis l'roi du gnangnan
a moi les rubans
on peut m'imiter
mais je l'ai fait avant
je s'rais toujours le premier
j'suis sans concurrent
j'suis l'roi du gnangnan

j'fais ma petite popote
je dis n'importe quoi
ceux qui disent que j'radote
c'est des jaloux de moi
j'suis l'roi du gnangnan
je veux juste la gloire
pas besoin de philosopher
il suffit d'en vouloir
je dois juste essayer
de garder mon rang
de pas trop faire rire (bis)
j'suis l'rou du gnangnan

gnangnan gnangnan gnangnan gnan
gnangnan gnangnan gnangnan gnangnan
gnangnan gnangnan gnangnan gnan
gnangnan gnangnan gnangnan gnangnan

Pire qu'un âne

SARBACANE
et sa rime amour - toujours fredonnez : "On croyait savoir tout sur l'amour"
et Cabrel n'avait rien trouvé de mieux que "depuis toujours"



On croyait que de rimer amour
avec toujours
ça faisait p'tit rimailleur
ça faisait toujours lourd
Et puis Cabrel fait un malheur
comme un sous Frédéric François
La variété est en émoi
depuis ça

Le public est content
Il a raison toujours
Dit c'lui qui arrive
A vendre des CD comme des p'tits fours
Les autres disent qu'il est pire qu'un âne
Aussi futile qu'une sarbacane
Et qu'il achète n'importe quoi
Même ça

Plus besoin d'idées ni de calembours
Si t'es souriant et qu'tu rimes amour

Finis les quatrains des mélomanes
Ciselés pour le cœur de Roxane
Tout le monde chante n'importe quoi
Depuis ça

Plus besoin d'idées ni de calembours
Si t'es souriant et qu'tu rimes amour
Pourvu que personne ne ridiculise
Les rimailleurs au bonnet d'âne
Qui s'en donnent à tiroir caisse joie
Depuis ça

Alors me voilà p'tit profane (ou bout de femme)
En révolte contre tous ces ânes
Si comme moi tu as la vraie foi
Défends moi
Défends toi
Pour le PROGRAMME DES OEUVRES DIFFUSEES destiné à la SACEM (formulaire jaune) :
CONSULTEZ-NOUS


Pas trop de peine

Une chanson peu connue de Cabrel Pas trop de peine (le titre n'est donc pas changé, seul le sens !)



Moi quand j'avais quatorze ans
La variété d'ici
C'était toute ma vie
J'venais de découvrir Cabrel
Sur les conseils d'une belle
Cette princesse m'avait dit
Et mes parents en parlèrent pareil
C'est le fils du grand Jacques Brel
Ils ajoutèrent "on n'voit plus que ça
Tous ces fils à papa"

Quand je suis arrivé au lycée
Les fans d'AC-DC
Ils me riaient au nez
Moi je disais "soit pas bête
Francis en a dans la tête
C'est pas un p'tit frimeur
C'est pas du cinéma
C'est vraiment quelqu'un de l'intérieur
Qui chante pour nous donner du bonheur
Il est vraiment comme ça"

Ça m'a pas fait trop de peine
Quand il est passé chez le coiffeur
Le plus important
C'est qu'il reste le même
Qu'il continue tout le temps
A donner des graines de bonheur
Pour moi c'était le plus grand
J'avais des yeux d'enfant

Et j'ai fait pas mal de détours
Du côté de Thiefaine
Du côté de l'Amour
Chaque coquette a sa vedette
Te la met dans la tête
Finalement tu aimes
Mais à chaque nouvelle galette
Il redevenait
Celui que j'osais appeler "maître"
Roi de la chansonnette

Ça m'a pas fait trop de peine
Quand près de chez lui j'ai un peu touché
La réalité
Finalement sa vie
N'est pas comme je l'imaginais
On n'a pas parlé de philosophie
En rentrant je me suis dit
Les idoles de l'enfance
Durent pas une vie
C'est ainsi qu'on grandit

Pour le PROGRAMME DES OEUVRES DIFFUSEES destiné à la SACEM (formulaire jaune) :
CONSULTEZ-NOUS



Demis

Une chanson que j'aime bien ! ROSIE



J'étais déjà bien titubant
Avant que l'on m'entraîne
Je tournais comme un serpent
Autour du comptoir d'Eugène
C'était facile de m'entraîner
J'ai vidé un dernier Pernod
J'ai vu mes yeux dans la glace
Pour me les trouver encore beaux

Il m'a dit maintenant tu fais comme moi
Tu bois de la bonne bière
Il m'a dit pour les hommes c'est mieux que la soupe
C'est c'qui nous rend plus fier
On s'est payé quelques dizaines de pots
Moi j'trouvais la vie vraiment belle
Avec mon nouveau poteau
On était une bande de vrais rebelles

Oh demis, j'suis tout blanc
Ta mousse m'enterre
J'ai 'core tes bulles sous les dents
Et un goût plus qu'amer
Tout c'qu'il en reste à présent
Des traces de vomi par terre
Pas envie de sortir cette nuit

Je suppose j'aurais dû me cuiter
Comme chaque jour au Ricard
Et t'empêcher de tout mélanger
Depuis j'ai les deux mains qui tremblent
Ce soir quand même j'ai compris
Seuls Pernod et Ricard s'assemblent
Pour tenir la nuit
Pour le PROGRAMME DES OEUVRES DIFFUSEES destiné à la SACEM :
CONSULTEZ-NOUS


Un queutard

Parodie d'une vieille chanson peu connue : un chauffard





Y'a les robes blanches qui s'effilent
Y'a l'envie qui t'accroche à ces fils
Quand t'es dans la zone tu bouges en douceur
Tu ne veux surtout pas qu'elles s'apeurent
Et s'il le faut tes mains tremblent
Pour qu'elles sentent que t'es un tendre
Même avec les filles difficiles
T'as la technique qui les enfile

Avec celles dont tu es l'idole
Tu siffles et elles s'affolent
Et quand l'excitation retombe
T'ajoutes un à ton carnet de nombres

Est-ce que tu as le coeur encore pire qu'une usine
Où tout ce qui s'y agglutine se calcine
Dès qu'tu propulses ton projectile
Entre les dociles hanches qui vacillent

Toi t'es un queutard
Toi t'es un queutard
Tu veux voir les blondes les rousses les brunes livides
C'est pour ça que t'accours toujours au mot femme torride
Toi t'es un queutard
Toi t'es un queutard

Tu dis que ça vaut bien un effort
D'oublier quelques instants la mort
D'être encore plus libre que dans le sommeil
Même si dès que tu te réveilles
Tu veux plus les avoir sur le dos les jolis démons
Tu sors quelques mots en verlan raisons bidons
Tu sais que t'es comme une anguille
Partout partouze tu te faufiles

Toi t'es un queutard
Toi t'es un queutard
Tu veux voir les blondes les rousses les brunes livides
C'est pour ça que t'accours toujours au mot femme torride
Toi t'es un queutard
Toi t'es un queutard

Tu dis que tu connais la femme par coeur
Et que tu préfères ses cris à ses odeurs
Que si un jour plus de starlettes
T'iras en chercher jusqu'aux bas fonds de la planète
Et tu dis que tu vibres quand les visages s'avancent
Et que la tendresse te laisse en transe.
Et que t'es jamais aussi fébrile
Que quand les robes blanches s'effilent

Toi t'es un queutard
Toi t'es un queutard
Tu veux voir les blondes les rousses les brunes livides
C'est pour ça que t'accours toujours au mot femme torride
Toi t'es un queutard
Toi t'es un queutard



J'ai failli mourir

Autre parodie de Je l'aime à mourir

Moi je n'aimais rien
Tout m'était de l'ennui
Je tournais pas bien
Plus de sommeil la nuit
J'ai failli mourir
Bin oui me détruire
J'étais tout l'temps à plat
J'pouvais même plus courir
Ils tombaient mes bras
J'aurais bien voulu fuir
J'ai failli mourir

Mais j'ai trouvé le remède
Bien mieux qu'le séjour Club Med
Quelque chose pour la vie
Et à tout petit prix
Un abonnement
aux chaînes satellitaires
Les bouquets numériques
C'est mon Amérique
De loup solitaire
Ça me fait jouir (bis)
J'ai failli mourir

Ils ont dû nous étudier
Les perturbés névrosés
Ils ont dû nous étudier
Pour tout ça, nous le proposer

Du foot à la pelle
Tous les championnats
Des séries des belles
Bien sûr du cinéma
Des documentaires
Des infos d'enfer
En plus on s'instruit
Même sur la vie des truies
Dire que ce nirvana
J'ai failli l'louper
J'ai failli mourir

J'ai retrouvé l'envie
D'sourire à la vie
Peut-être même qu'un jour
Une chaîne de télé
J'vais m'en payer une
Maintenant que j'sais
Parfaitement bien zapper
Qu'un chanteur retraité
A b'soin de s'occuper
Mais j'oublierai jamais
J'ai failli mourir

Ils ont dû nous étudier
Les perturbés névrosés
Ils ont dû nous étudier
Pour tout ça, nous le proposer
autres sites de parodies




Petit abruti

parodie de Petite Marie
Précision de l'auteur : "en ce temps-là, à Astaffort (les rencontres d'Astaffort) je rencontrais souvent Cabrel, je lui avais montré cette parodie. Réponse "pas de problème". Nous avions alors sûrement une vision politique proche ?

Petit abruti, j'te montre du doigt
Parce qu'avec ta nasillarde voix
Tes grosses nazineries, tu déverses sur nos vies
Des tas d'ecchymoses

Petit dégarni, je lutte contre toi
Pour que dans cinq dix ans de ça
On puisse encore dans c'pays, parler de démocratie
Et rire de ta névrose

Moi je viens de Dreux et des affreux entre eux
Ne jurent que par toi
D'un milicien qui fait jouer des mains
Et engrange des voix
Ils rient des fours en rêvant de leur retour

Petit d'jà moisi, je t'entends gentil (déjà)
Sous le masque du type courtois
Avec quelques salades, des poses bon camarade
Des démocrates se soudoient

Petit dégarni, tu t'vois en kaki
Tu te dis je fais le poids
Dehors les hybrides, d'abord on intimide
Ce pays faut qu'on le nettoie

Je viens de Vitrolles et des banderoles affolent
Ils le voient déjà roi
Le milicien qui fait jouer des mains
Et engrange des voix
Ils rient des fours en rêvant de leur retour

Dans Le Penombre où tu rues
Petit abruti m'entends-tu ?
Devant toi on va pas s'aplatir (bis)Petit abruti, j'te montre du doigt
Parce qu'avec ta nasillarde voix
Tes grosses nazineries, tu déverses sur nos vies
Des tas d'ecchymoses

Petit dégarni, je lutte contre toi
Pour que dans cinq dix ans de ça
On puisse encore dans c'pays, parler de démocratie
Et rire de ta névrose

Moi je viens de Dreux et des affreux entre eux
Ne jurent que par toi
D'un milicien qui fait jouer des mains
Et engrange des voix
Ils rient des fours en rêvant de leur retour

Petit d'jà moisi, je t'entends gentil (déjà)
Sous le masque du type courtois
Avec quelques salades, des poses bon camarade
Des démocrates se soudoient

Petit dégarni, tu t'vois en kaki
Tu te dis je fais le poids
Dehors les hybrides, d'abord on intimide
Ce pays faut qu'on le nettoie

Je viens de Vitrolles et des banderoles affolent
Ils le voient déjà roi
Le milicien qui fait jouer des mains
Et engrange des voix
Ils rient des fours en rêvant de leur retour

Dans Le Penombre où tu rues
Petit abruti m'entends-tu ?
Devant toi on va pas s'aplatir (bis)
Petit abruti, j'te montre du doigt
Parce qu'avec ta nasillarde voix
Tes grosses nazineries, tu déverses sur nos vies
Des tas d'ecchymoses

Petit dégarni, je lutte contre toi
Pour que dans cinq dix ans de ça
On puisse encore dans c'pays, parler de démocratie
Et rire de ta névrose

Moi je viens de Dreux et des affreux entre eux
Ne jurent que par toi
D'un milicien qui fait jouer des mains
Et engrange des voix
Ils rient des fours en rêvant de leur retour

Petit d'jà moisi, je t'entends gentil (déjà)
Sous le masque du type courtois
Avec quelques salades, des poses bon camarade
Des démocrates se soudoient

Petit dégarni, tu t'vois en kaki
Tu te dis je fais le poids
Dehors les hybrides, d'abord on intimide
Ce pays faut qu'on le nettoie

Je viens de Vitrolles et des banderoles affolent
Ils le voient déjà roi
Le milicien qui fait jouer des mains
Et engrange des voix
Ils rient des fours en rêvant de leur retour

Dans Le Penombre où tu rues
Petit abruti m'entends-tu ?
Devant toi on va pas s'aplatir (bis)


parodie de La robe et l'échelle.